Entretien avec Dino Esposito, évangéliste de JetBrains

Entretien avec Dino Esposito, évangéliste de JetBrains

Entrevues

Présentation de Dino Esposito, évangéliste de la technologie JetBrains pour le développement Java et Android.

1. Bonjour Dino et bienvenue sur JetBrains ! Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, merci de nous parler un peu de vous et de votre parcours.

Dino Esposito

Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai commencé en tant que développeur. C’était l’époque de Windows for Workgroups et j’ai fini par diriger le développement d’un projet ambitieux que l’on comparerait étroitement à Flickr aujourd’hui. Malheureusement, en 1996, il était bien en avance sur son temps et le projet et l’entreprise se sont effondrés. J’ai alors décidé de suivre mon instinct et j’ai commencé à écrire. J’ai écrit des articles, des livres, des livres blancs, des tutoriels, des didacticiels sur à peu près tous les sujets de programmation concernant Windows, IE et la plate-forme .NET. Il y a deux ans, j’ai découvert le mobile. Maintenant, je me consacre corps et âme à l’étude et à l’application de modèles et de techniques de développement mobile.

2. Pouvez-vous nous parler de votre progression depuis l’utilisation des produits JetBrains pour la première fois jusqu’à l’intégration dans l’équipe ? Pourquoi JetBrains et pourquoi maintenant ?

J’ai commencé à utiliser ReSharper il y a environ cinq ans ; plus ou moins au moment où je suis revenu au codage. Inutile de dire que ce fut l’amour au premier clic. Aujourd’hui, je ne peux même pas imaginer écrire une seule ligne de code sans ReSharper, ou utiliser Visual Studio sans ReSharper. Lorsque j’ai commencé sur certains projets mobiles, en particulier Android, j’ai essayé Eclipse juste pour le laisser tomber une heure plus tard. Puis j’ai découvert IntelliJ IDEA. De même, aujourd’hui, je ne peux pas imaginer coder Android en dehors de cet IDE. Ainsi, au fil du temps, j’ai développé un profond respect pour les produits et les compétences de JetBrains. Le reste est venu naturellement je dirais.

3. Sur quoi allez-vous travailler et qu’attendez-vous le plus ?

Je me concentrerai sur les projets et produits liés au mobile. En particulier, développement Android avec IntelliJ IDEA utilisant à la fois Java et Kotlin. À un moment donné dans le futur, je pourrais ajouter AppCode et Objective C.

4. Vous êtes l’auteur de “Concevoir des solutions mobiles pour l’entreprise» pour Microsoft Press et vous avez également écrit la rubrique « Android pour les développeurs .NET » sur DotNetSlackers.com. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre expérience avec le développement mobile et la plateforme Android en particulier ?

Le mobile est avant tout une question de stratégies et non de technologies. C’est une grosse erreur courante que j’essaie d’expliquer aux entreprises. Vous n’avez généralement pas besoin d’une application Android ou iOS en soi ; vous devez plutôt proposer certains services (retravailler des services existants ou en créer de nouveaux) via les canaux mobiles. Les canaux mobiles incluent certainement des applications Android ou iOS, mais ne se limitent pas à cela ; De plus, je dirais que les sites mobiles simples doivent souvent venir en premier, puis les applications natives. Je pense que le mobile est souvent confondu avec une vitrine de technologies alors qu’il s’agit plutôt d’une opportunité critique (plus que formidable) pour toutes les entreprises. Vous devez être mobile, que cela vous plaise ou non.

Android n’est qu’un aspect de la mise en œuvre de stratégies mobiles. Issu d’un milieu C #, Java ne représentait pas un obstacle majeur à franchir. Bien sûr, Java est parfois ennuyeux à gérer, mais dans l’ensemble, le développement natif d’Android était pour moi une extension naturelle de mes compétences en C# et .NET. Ce que je veux dire, c’est qu’Android est une étape fluide pour les utilisateurs de .NET, contrairement à iOS.

5. Qu’il s’agisse de l’édition communautaire gratuite ou de l’édition ultime, qu’est-ce qui, à vos yeux, place IntelliJ IDEA au-dessus des autres IDE Java du marché ?

C’est dur à dire. Mon expérience avec Java se limite au développement Android et un peu de BlackBerry pour lequel vous avez besoin d’Eclipse avec un plugin approprié. Je n’ai rien contre Eclipse et je peux même difficilement expliquer pourquoi, mais je ne me suis jamais senti à l’aise avec et j’ai ressenti à la place le fort besoin d’essayer autre chose. Une recherche rapide sur Google m’a dirigé vers IntelliJ IDEA. Je travaille avec Community Edition et je pense que c’est plus que bien pour les besoins du développement Android. J’apprécie particulièrement les ajouts récents tels que le concepteur graphique et bien sûr, j’aime la machinerie sous-jacente qui permet de compiler et de déployer une opération en un seul clic.

6. Que pensez-vous de Kotlin et qui va l’utiliser ?

Mon signe du zodiaque (Taureau) indique que je suis une personne plutôt stable, ce qui signifie que je n’aime pas vraiment le changement pour le changement. Quand une nouvelle technologie sort, je ne suis jamais le premier à vouloir l’utiliser. Probablement même pas le deuxième. Je dois d’abord lui trouver une raison commerciale solide et crédible dans mon propre domaine. Je ne me considère pas comme un développeur Java, donc pour moi, Kotlin et Java ne sont que deux langues étrangères. Maintenant, je comprends que Kotlin est là pour faire de la plate-forme Java un meilleur endroit et c’est plus que suffisant pour déclencher ma curiosité.

7. Selon vous, quelles sont les trois tendances qui auront un impact sur le développement logiciel en 2013 ?

J’ai acheté une fois une boule de cristal mais elle n’a jamais fonctionné et le vendeur n’a toujours pas réussi à réparer ou à remplacer. Cela dit, je pense que les entreprises et les développeurs devraient se pencher sur certains des points suivants :

  • Transformer les sites Web en sites adaptés aux mobiles. Adapté aux mobiles ne signifie pas accéder au contenu par pincement et zoom ; cela signifie plutôt rendre les pages de manière appropriée sur différentes classes d’appareils.
  • Passer plus de temps à appliquer des modèles orientés objet efficaces.
  • CQRS (Command Query Responsibility Segregation), en particulier en combinaison avec Event Sourcing, est vraiment une tendance de conception qui va reprendre. En fin de compte, vous faites face à des événements dans le monde réel, pas à des modèles. Ainsi, une méthodologie qui repose sur des événements de domaine plutôt que sur des modèles de domaine est plus proche du métal.

8. Merci pour votre temps et votre participation à cette interview. Y a-t-il autre chose que vous aimeriez mentionner, comme des événements auxquels vous participerez, un livre à venir ou un sujet brûlant ?

Concevoir des solutions mobiles pour l'entrepriseLe développement mobile et la conception de logiciels sont mes principaux centres d’intérêt en ce moment. Donc, tout ce qui est chaud touche ces domaines. Je suis maintenant l’une des personnes qui travaillent autour WURFL, un référentiel de descriptions d’appareils côté serveur utilisé par de grandes organisations telles que Facebook et Google pour optimiser l’expérience Web mobile. Aussi, je prépare la deuxième édition du best-seller de Microsoft Press »Microsoft .NET : architecture d’applications pour l’entreprise”. La deuxième édition mettra l’accent sur le CQRS et l’Event Sourcing. Soit dit en passant, mon co-auteur de ce livre, Andrea Saltarello, est l’un des premiers utilisateurs fiers de ReSharper. Encore une preuve supplémentaire que la conception de logiciels et les outils d’assistance au code font vraiment d’un bon développement un effort durable.

Merci pour votre temps et l’interview.

Vous pouvez rester connecté à Dino sur LinkedIn et suivez-le sur Twitter @despos.

Development Source

Related Posts

RLEC 4.2.1 apporte des contrôles granulaires à la haute disponibilité et aux performances

RLEC 4.2.1 apporte des contrôles granulaires à la haute disponibilité et aux performances

Comment HolidayMe utilise Redis Enterprise comme base de données principale

Comment HolidayMe utilise Redis Enterprise comme base de données principale

Annonce de RedisGears 1.0 : un moteur sans serveur pour Redis

Annonce de RedisGears 1.0 : un moteur sans serveur pour Redis

Clés Redis dans la RAM |  Redis

Clés Redis dans la RAM | Redis

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *